La France contre les djihadistes, score 17 à 3

De Nizami Gandjavi
De Nizami Gandjavi

Qui sème le vent, récolte la tempête, nous dit un sage dont j’ignore le nom. Quand on provoque de petits troubles, on en récolte de plus importants et quand on provoque le désordre, il ne faut pas s’étonner de ses conséquences. C’est ce que la France est entrain de faire en partageant sur Charlie Hebdo, la caricature du prophète Mahomet, en 2006. Une attaque contre une religion. La France avait participé activement avec la coalition arabo-occidentale en Iraq et en Syrie. Cette opération vise à contrer l’expansion des salafistes qui compte conquérir le monde. Elle n’a pas hésité de tuer ignoblement Kadhafi, l’ex-président libyen qui combat énormément le terrorisme. Et intervenu violemment contre les djihadistes au Mali en mettant un terme à la vie de Mokhtar Belmokhtar, très pieux pour ceux qui partagent humblement son avis. Ce qui incite les salafistes au djihad.

Aujourd’hui, après des attaques, faisant 17 morts, les français se demandent si ce type de situation que connaît la France peut se répéter ailleurs dans le monde occidental ? L’attentat contre Charlie Hebdo reflète t-il la rivalité entre Al Qaida et l’Etat Islamique ? Deux assauts simultanés qui tuent 3 combattants après deux attentats synchronisés.

J’ai l’impression de dire que la mobilisation, l’émotion et les manifestations des français ne peuvent rien contre cette barbarie qu’ils qualifient. Ils sont entrain de croire que la liberté est assassinée mais quant à moi, selon sa définition systématique, ceci est un manque de respect pour l’islam (la liberté qui leur permet de caricaturé le prophète Mahomet). En voyant la liberté dépasser ses bornes, j’ai envie de dire que je suis musulman, tchadien mais pas charlie.

      On est conscient

 

1 commentaire sur “La France contre les djihadistes, score 17 à 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.